Vincent Hervagault

Cavalier professionnel, il s’installe dans les écuries du Pôle Hippique de Saint-Lô. L’occasion pour lui de développer sa propre activité d’élevage, de valorisation et de commercialisation de chevaux de sport, à Saint-Lô, la capitale du cheval.

Vincent Hervagault s’est rapidement orienté vers le domaine équestre en commençant l’équitation à l’étrier Vitréen à l’âge de 10 ans. Petit à petit il est venu à la compétition, d’abord à poney puis à cheval. Après un bac S ; Vincent s’est dirigé vers le CFA de Sées où il a préparé un BTSA Production Animale en alternance. Intégrant l’élevage de Laumeraie, il réalise sa première expérience dans le commerce des chevaux chez Christian et Denis Morel.

À la suite de sa formation, Vincent évolue dans diverses structures :

3 ans au Haras du Mûrier avec Mr Bodinier en Mayenne, élevage des chevaux de sport de race Selle Français. (Naisseur de DOLLAR DU MURIER)
3 ans chez Jacqueline Tardieu De Maleyssie.
Cavalier à l’élevage de B’Néville chez Jean-Baptiste Thiebot. Haras qui s’occupe des poulains comme des chevaux de 7 ans
Et enfin cavalier chez Laurent Lenoury, écurie de concours principalement.
« J’ai principalement travaillé avec des éleveurs. Je tiens à l’élevage, je pense que c’est la base de notre métier. »

Une installation qui découle d’un projet de vie avec sa femme Cynthia Millon

« Notre rencontre remonte en 2009 via le milieu du cheval, depuis c’est la continuité de dix ans de vie commune liée à la passion des chevaux via le sport et l’élevage. Notre mariage, célébré en 2016 est la suite logique à tout cela. Notre force est notre alliance cavalier-vétérinaire (Cynthia travaille pour le cabinet de Denis Hubert situé sur le site du Pôle) qui fait que nous sommes vraiment complémentaires. Nous avons créé l’élevage de VINCY (pour Vincent et Cynthia) car nous nous voyons uniquement l’un et l’autre ensemble et pas séparément. »

Une partie de son activité : la valorisation des chevaux de sport

« J’aime m’investir dans l’éducation des jeunes chevaux, leur compréhension et tout ce qui est lié à leur apprentissage… c’est un vrai travail sur le long terme »

Vincent s’occupe de ses chevaux (dont quelques-uns qu’il a fait naître) dans le but de les faire évoluer avec des bases saines pour les commercialiser par la suite. Il sort notamment en 135/140 avec TAELIS, sa jument de tête et de cœur, ainsi que 4 chevaux de propriétaires qu’il valorise dans le but de les vendre avec commission : VANDY DU BOIS D’ELLE – DARENCE DU BOIS D’ELLE – FRANCE DU VENT – DIAMANT DU LYS.

Vincent Hervagault vient également de débuter une nouvelle collaboration avec Denis Brohier, à l’élevage Tame. Il monte trois chevaux de 4 ans deux fois par semaine (une fois à l’élevage et une fois au Pôle) et les sort en compétition.

L’élevage la « base de son métier »

En parallèle de cette activité, Vincent tient beaucoup à l’élevage.

Ainsi il a fait naître une douzaine de poulains de 2016 à 2018. Vincent dispose d’une dizaine de mères porteuses qu’il souhaiterait par la suite proposer à la vente ou à la location. La partie élevage de Vincent se trouve sur Villiers Fossard sur un terrain de 15 hectares acheté récemment.

«TAELIS NORMANDE est à la base de notre élevage, nous l’avions acheté à 3 ans chez son éleveur manchois (Roland et Sandrine COTENTIN) devenu ami et client. Son mâle GIROLATA MONT OGER (Up to You x Soeur de Taelis x Made in Semilly) a d’ailleurs été préparé par nos soins et approuvé lors du Championnat de France des mâles de 2 ans (7eme du championnat) ce qui a conduit à sa commercialisation. »

Pourquoi le choix du Pôle ?

« La géolocalisation du Pôle Hippique est très intéressante du fait que Saint-Lô soit la ville du cheval. Les infrastructures me permettent également de pouvoir entraîner mes chevaux dans les meilleures conditions ».

Tes projets dans l’avenir :

«2019 est une année charnière avec l’arrivée de notre 1er enfant Eloann début février, l’achat de terres afin d’être chez nous et indépendants ainsi que cette installation professionnelle cavalier-éleveur dans les écuries du Pôle Hippique.
Pour les épreuves 2019, nous évoluerons :

Sur le circuit SHF avec les jeunes chevaux en vue de les qualifier et de les emmener à Fontainebleau et pourquoi pas les commercialiser.
Sur des épreuves jusqu’à 135/140 ou plus en fonction de l’évolution des couples cavalier-chevaux car c’est eux qui décident. Nos désirs sont une chose mais le plus important est de rester à leur écoute »